La possible Arena française

18 nov 2014 par HB, Commentaires fermés sur La possible Arena française

« L’impossible Arena française »
L’équipe publiait il y a quelques semaines, sous ce titre une double page en forme de constat d’échec pour la France à concevoir les enceintes sportives du 21ème siècle.
Ce constat implacable place la France derrière la Lettonie et de la Lithuanie en termes de salles modernes et d’une capacité supérieure à 8000 places. Quant à la comparaison avec nos voisins (et éternels rivaux sportifs) allemands, elle frise le ridicule : 11 salles de plus de 10000 places outre-Rhin contre… Une en France (et encore il s’agit de Bercy qui ne sera vraiment opérationnelle qu’en 2017).
Pire, au moment ou les fonds publics se raréfient, les collectivités ont dépensé en France plus de 65 millions d’euros en études, achats de terrain et finalement en clause de dédit pour des enceintes qui ne verront jamais le jour (Dunkerque, Orléans ou Villeurbanne)
Alors, on peut toujours dire que la culture du sport en salle n’est pas assez forte en France pour expliquer que le modèle « Arena » est un échec en France, (Pourquoi alors 9357 spectateurs se sont ils déplacés pour assister à un simple match de championnat de D1 de Handball à Nantes entre le HBCN et le PSG ?)
Cela ne vient il pas plutôt du fait que tous les projets d’Arenas françaises n’en n’avaient en fait que le nom… ?
Si on construit une salle de sport, quelle qu’en soit la capacité, dans une lointaine périphérie, pour accueillir un match par semaine au mieux, et une compétition internationale tous les 10 ans, alors oui c’est un gouffre financier insupportable pour les collectivités.
On peut même y intégrer quelques loges VIP. Des buvettes et des salles de réception, une telle salle, construite ou rénovée ne sera jamais rentable.
Parce qu’elle ne répond pas aux impératifs économiques et sociaux actuels. Le spectacle sportif doit être intégré à la vie quotidienne de la cité/.
Les enceintes modernes doivent respecter un certain nombre d’exigences pour voir le jour :
Etre implantée dans une zone urbaine, à forte densité de population, avec une bonne desserte de transports en commun.
Proche du centre ville (voire là ou c’est possible dans le centre) elle doit impérativement être un lieu de vie permanent de la métropole, un lieu de passage, de visite, d’échanges et de commerce qui vit 7 jours sur 7.
Sa polyvalence permettra d’y accueillir des événements internationaux (Basket, Hand, Volley, Futsal,Tennis, Gymnastique, Escrime, Judo, lutte, etc…) ainsi que des concerts et des spectacles (pour lesquels les Zenith sont inadaptés ou indisponibles)
Sa conception la placera au milieu d’un centre commercial réunissant grandes enseignes, commerces, bars, restaurants et services (les revenus des baux commerciaux financeront l’investissement et pourront abonder au budget des clubs résidents)
Elle contribuera à rééquilibrer l’offre commerciale de la banlieue vers le centre ville.
Sa modularité permettra d’accueillir des affluences de 2000 à 8000 spectateurs en préservant l’effet « chaudron » dans des conditions optimales de confort, de mise en scène visuelle et auditive. La connectivité fluide du lieu contribuera aux attentes du consommateur de sport.
Pour en garantir la rentabilité, elle devra accueillir plusieurs clubs résidents :
Ses prestations (loges, espaces et sièges VIP) seront mises pour chaque match aux couleurs des clubs par effets de lumière sur les murs et plafonds et écrans digitaux. Les affiches et messages publicitaires des sponsors de chaque club seront affichés sur des panneaux digitaux, interchangeables en un clic.
C’est ça « LA POSSIBLE ARENA FRANCAISE ».

Suivez-nous!

Follow Me! Follow Me! Follow Me!